Harlequinade!*

41237359.2

Quelle la différence entre un roman Harlequin et un autre?

Et bien, en lisant le second, il y a de grandes chances qu’en cours de lecture on ressente des émotions diverses: sourire, voire rire parfois, intérêt, réflexion, tristesse etc. et, dans le meilleur des cas, presque naturellement, au fil des mots. Dans un roman Harlequin c’est l’inverse: on ne ressent rien tout au long du livre alors même que les ficelles destinées à émouvoir sont particulièrement grosses! J’avoue donc être restée tout à fait insensible au charme de « Mon espionne préférée« , et l’inverse m’aurait beaucoup surprise!

L’histoire est à la fois classique, rocambolesque et impossible à résumer!

La couverture représente July (blonde-yeux bleux-bouche rouge) tirant coquinement la cravate de Mick sur fond de baie de Hong Kong le tout dans les tons roses..

Mais passons aux choses sérieuses: voici le résumé.

Premier tableau

July est secrétaire dans l’entreprise d’électronique de Mick, type même de l’Homme Viril: grand, beau, séducteur, constamment en réunion, etc. Mick, grâce à son travail, a mis au point un nouveau brevet révolutionnaire qui va permettre aux enfants sourds d’entendre.(!)

Deuxième tableau:

July est constamment distraite au travail parce qu’elle est victime du chantage de Carter, le concurrent de Mick. Celui-ci menace de rendre la sœur de July (soignée pour dépression et dépendante aux drogues) folle si July ne lui fait pas parvenir les plans du brevet de Mick.

(A noter que dans un accès de joie -il vient de trouver la solution à un problème électronique grâce à un indice fourni par July-, Mick embrasse July sur la bouche!, sa façon à lui de lui faire comprendre qu’elle lui plait. 😉 )

Troisième tableau:

July photocopie les plans secrets pour les faire parvenir à Carter. Mais elle a des remord, et s’apprête à détruire les copies, lorsqu’elle est surprise par Mick qui la chasse immédiatement, bien qu’elle crie son innocence. Mick a néanmoins besoin d’elle pour un voyage à Hong Kong où il compte vendre son brevet à un riche Asiatique.

Quatrième tableau

A Hong Kong, Mick retrouve sa meilleure amie Deborah, riche héritière qu’il a enlevé quelques années plus tôt à son fiancé. La presse People a annoncé leur mariage, et, devant leur complicité, July les croit amoureux. Elle décide donc de blinder son cœur et de résister à tout prix à la séduction naturelle de Mick!

Les chambres de Mick et July communiquent entre elles par la salle de bain, ce qui trouble très fort July. En cours de soirée, alors que Mick assiste à une réunion, July est attirée par un bruit dans la chambre de son patron et se fait agresser. July vérifie qu’aucun papier n’a disparu lorsqu’elle est à nouveau surprise par Mick qui la pense sur le point de commettre un second vol. S’ensuit une dispute à la fin de laquelle Mick fait boire July pour la faire parler et la séduire (Sacré Mick! ) tout en comprenant que le mystérieux visiteur n’était qu’un oiseau affolé. Elle finit par se laisser embrasser, puis repousse Mick, persuadée de n’être qu’un jouet entre ses mains, puisqu’il doit épouser Deborah. Mick remarque qu’elle a vendu sa bague de famille et en conclut judicieusement qu’elle a de gros besoins d’argent.

Cinquième tableau

De retour au bureau, Mick assiste à un échange téléphonique entre Carter et July et comprend à qui étaient destinés les plans du brevet. July lui avoue qu’elle est victime de chantage mais Mick, furieux, croit que Carter est son amant. Il la chasse définitivement de son entreprise.

Sixième tableau

July se rend à une soirée de campagne électorale chez Matthew, un homme politique en vue et ami de la famille. Matthew a eu une brève aventure avec Sarah alors qu’elle était mineure. Les parents de Sarah se sont tués en voiture en cherchant à récupérer leur fille, et c’est le remord qui a poussé Sarah vers la dépression. Carter menace d’aller tourmenter  Sarah pour la rendre folle tout en ruinant la carrière politique de Matthew en avertissant la presse People. Au cours de la réception, July tombe nez à nez avec Mick et Deborah. Mick accuse July de coucher avec Matthew.

Septième tableau

July reçoit la visite de Carter qui la brutalise. Carter lui apprend qu’il est le premier fiancé de Deborah, d’où sa haine pour Mick. Sous le choc de cette visite, July reçoit la visite inattendue de Mick qui trouve une chaîne en or au nom de Carter que celui-ci a perdu dans l’appartement. Ni une ni deux, Mick accuse July d’être l’amante de Carter, et décide d’aller le trouver. Pensant à Sarah, July fait tout pour qu’il n’en fasse rien, et finit par lui confier l’histoire tragique de sa famille. Réconciliés, ils deviennent amants et July est définitivement apaisée et sous le charme de Mick.

Huitième tableau

Le lendemain, Mick ordonne à July de reprendre son post au bureau. July surprend un dialogue entre Mick et Deborah à propos d’un mariage. Comprenant qu’elle a été bernée, son cœur se glace et elle décide de quitter immédiatement l’entreprise. Mick sabote alors sa voiture afin de pouvoir la raccompagner chez elle dans la sienne, ce qu’elle est contrainte d’accepter. En vérité, il l’emmène chez lui et lui explique qu’il a mis Carter hors course en le faisant chanter à son tour avec des preuves de malversations fiscales. Il lui apprend aussi que Deborah va se marier, mais pas avec lui: ils ne sont que des amis. Du coup, les deux amoureux peuvent ENFIN tomber dans les bras l’un de l’autre, et Mick offre, en guise de bague de fiançailles, la bague de famille que July avait du vendre qu’il a racheté…

~ Happy End ~

En conclusion: histoire très très rocambolesque avec un manque criant de subtilité. Les stéréoptypes masculins/féminins sont bien présents. Le mieux est de lire l’histoire au 3ème degré pour rire un peu..  J’ai appris une chose: à Hong Kong on partage la salle de bain avec son voisin de chambre 😉 !

J’admire quand même un peu la complexité de l’intrigue, il faut un cerveau particulier pour inventer tout ça croyez-moi..

Un livre à offrir à quelqu’un qu’on n’aime pas peut-être? 😉

*Les Harlequinades sont un dé(fit)lire né chez Fashion et Chiffonnette.

Publicités

9 commentaires »

  1. Chimère said

    Ah ben tiens quand j’irai à Hong Kong, je choisirai un beau spécimen pour partager ma salle de bain.

    Sinon c’est dingue comme les personnages masculins sont toujours persuadés qu’il y a un amant dans le placard alors que soyons objectif, ils sont incroyablement beaux, forts, virils, riches et parfois..gentils. A ce stade là, il n’y a plus de concurrence possible.

  2. J’ai entamé mon challenge et mon héroïne ressemble beaucoup à la tienne 🙂

  3. Mango said

    Quel micmac! J’aime beaucoup la visite de l’oiseau affolé!

  4. kroustik said

    Je dois dire que ce spécimen-ci est particulièrement suspicieux.. Dès qu’elle voit un homme c’est qu’elle couche avec lui. Enfin July n’est pas très subtile elle non plus!

  5. kroustik said

    Bon courage! C’est tout de même une lecture éprouvante!

  6. kroustik said

    Surprenant pas vrai? 😉

  7. Karine :) said

    Bon… si je vais à Hong Kong, je vais me débrouiller pour connaître mon voisin de chambre alors!!! J’adore ces Harlequin-billets!!

  8. Eglantine said

    Je me suis intéressée à ce concours d’Harlequinade. Dès le départ je me suis dit oulala des gens qui aiment la littérature (dite) sérieuse qui veulent se mettre à la Romance, ça peux pas aller ensemble. Faut aimer la romance pour la comprendre.
    Je pense que la plupart des lectrices y sont allé avec des préjugés, même si elles ont voulu rester objectives les préjugées étaient là quand même.
    Tu as dit : « on ne ressent rien tout au long du livre alors même que les ficelles destinées à émouvoir sont particulièrement grosses » Là je veux faire une remarque importante. C’est ton ressenti à toi personnel, moi par contre les livres dit sérieux m’ennuient à mourir, me donnent même en général le cafard, alors que les Romances me font rêver. Attention pas n’importe quelle romance non plus, je suis très sélectrice, en général sur une dizaine de livres il y en a peut-être juste un ou deux qui me plaisent vraiment. Ce que je préfère et de loin à la romance par rapport aux autres livres, c’est qu’on sait que ça fini bien. Je lis la plupart du temps des historiques, à moi les lords anglais, ou les sauvages des highland. Parfois je m’énerve un peu parce que les auteurs américains prennent un peu de liberté avec l’Histoire, mais j’ai l’impression aussi de voyager dans le temps. En plus je lis en public, dans les trains, les salles d’attentes, sous le regard narquois des gens. A chacun ses goûts, et heureusement, je ne suis pas la seule dans mon genre.

  9. kroustik said

    Bonjour Eglantine,

    Loin de moi l’idée d’en vouloir aux gens qui lisent les romans Harlequin et les romances en général. J’aime aussi les livres légers, par ex Jane Eyre ou le journal de Bridget Jones, j’adore ! Je trouve néanmoins ces deux exemples littéraires, tandis que je ne trouve pas de qualités littéraires au roman Harlequin que j’ai lu sans plaisir. Il y a des romances bien écrites, et d’autres mal écrites. C’est d’ailleurs le cas des livres en général.
    Comme tu l’écris, tout ceci est bien subjectif. L’essentiel, j’en suis persuadée, est de prendre plaisir à s’évader dans la lecture sans s’ennuyer en lisant.

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :