Le Mas Théotime ~ Henri Bosco

Henri Bosco était un auteur-chouchou (comme dirait [Caro]line) de mon enfance, et j’aime bien le relire de temps en temps quand je ne suis pas assez disponible pour une nouveauté. On pourrait croire que son œuvre est réservée aux enfants, mais pas tant que ça, et, en tout cas, pas celui-ci. Dès les premières pages du roman la Provence s’ouvre à nous, avec le soleil, la chaleur, les cultures, et les mas restés frais grâce aux volets clos .

L’histoire est centrée autour du mas Théotime et de Pascal Dérivat, son propriétaire, un homme à la fois sensible et farouche, qualités héritées de la partie sombre de la famille. Il s’est isolé dans le mas familial, par goût et par timidité mêlés. Sa seule distraction, en plus des cultures qui rythment sa vie, est son voisin et cousin Clodius, un marginal au fond mauvais qui le querelle pour tromper l’ennui. Ce personnage sombre est contrasté par les fermiers Alibert, gens frustres, mais justes, animés par l’amour de la terre et du travail.

Ne vous attendez pas à des actions nombreuses: tout se passe autour du mas avec beaucoup d’introspection. Le personnage principal vit sa personnalité comme un drame, un isolement qui l’a empêché d’aimer la jeune femme qui lui était destiné. Mais voilà, la jeune femme réapparaît; si proche de lui qu’ils se comprennent sans un mot. Et ce retour va provoquer un tremblement de terre émotionnel dont les secousses se feront sentir et chez les Alibert, et chez Clodius, et plus rien ne sera comme avant.

Ce roman est extrêmement apaisant, et j’envie cette vie simple, rythmée par les saisons et la vie de la terre, tel qu’on la connaissait autrefois. Les personnages sont purs, naturellement intelligents, sincères, c’est un plaisir de les fréquenter. C’est triste de les quitter, et j’ y suis très attaché.

Cet auteur classique me semble rester en retrait, en tout cas je ne connais personne qui le lit. Il est à (re)découvrir, y compris sa littérature plus enfantine, mêlant légende et mythes provençaux à l’aventure vécue par des enfants.

~

provence2

(Paul Cézanne)

~

« En aout, dans nos pays, un peu avant le soir, une puissante chaleur embrase les champs. Il n’y a rien de mieux à faire que de rester chez soi, au fond de la pénombre, en attendant l’heure du dîner. Ces métairies, que tourmentent les vents d’hiver et que l’été accable, ont été bâties en refuges et, sous leurs murailles massives, on s’abrite tant bien que mal de la fureur des saisons.

Depuis dix ans j’habite le mas Théotime. Je le tiens d’un grand-oncle qui portait ce nom. Comme il est situé en pleine campagne, la chaleur l’enveloppe et, du moment que juillet monte, on n’y peut respirer avec plaisir qu’aux premières heureus du jour ou bien de la nuit. Encore faut-il qu’il passe un peu de brise. Alors on peut se tenir près de la source, sous le buis, car c’est là qu’on rencontre un air doux, qui sent l’eau vive et la feuille.

J’étais seul et je jouissais de cette solitude qu’exaltait la chaleur environnante.

Tous les volets mi-clos, dans la maison, il faisait assez frais. À peine si parfois on entendait le frémissement d’une mouche énivrée par un rai de lumière qui filtrait d’une fente.

Dehors, l’air flmambait en colonnes de feu et, du côté de l’aire, entre les meules, montait une odeur de blé et de fournaise. « 

Publicités

2 commentaires »

  1. Dis-donc, on ne t’arrête plus !
    Si j’avais su qu’il suffisait d’un petit coup de pied aux fesses pour que la machine reparte… ;oD
    En tout cas, tu m’as donné envie de lire Bosco (du moins ce roman-ci) alors que jamais, ô grand jamais, cela me serait venu à l’idée.

  2. kroustik said

    L’envie n’était pas si loin, les livres non plus, et étant en vacances j’ai plus de temps.
    Par contre je suis freinée par la technique!
    C’est idéal si j’arrive à donner ce genre d’envie 🙂

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :