Le chameau sauvage ~ Philippe Jaenada

Je croyais ressentir un grand enthousiasme pour ce roman –de bons retours à gauche et à droite- mais ce n’était que curiosité. Pourtant, ce roman d’initiation a, a priori, tout pour me plaire: un (anti) héro dont les préoccupations ne sont pas si éloignées des miennes et qui se débat avec sa vie comme avec une pelote de fil emmêlée et un zeste de situations hallucinantes proches du burlesque. Mais la magie n’a pas pris, et j’ai lu ce livre avec une pointe d’énervement constante. Car le hic c’est que ce n’est pas mauvais, c’est même certainement un bon livre.. Mais idéalement, j’aurais voulu que l’auteur se décide soit pour une ambiance à la Daniel Pennac –il n’en est pas si éloigné au début du roman- soit pour une histoire beaucoup plus intime, ce qui se passe finalement en seconde moitié du livre. Malheureusement entre les deux, c’est très long, ça ne décolle pas. Le style d’écriture ne m’accroche pas, lui non plus. Et puis la fin ne m’a aucunement touché.

C’est donc un rendez-vous raté, et je le regrette car tout en ce livre est malgré tout sympathique. Ambivalence…  Ailleurs d’autres ne sont pas de mon avis 😉

jaenada

« Un jour, ce n’est rien mais je le raconte tout de même, un jour d’hiver je me suis mis en tête de réparer le radiateur de ma salle de bains, un appareil à résistances fixé au-dessus de la porte. Il faisait froid et le radiateur ne fonctionnait plus (ces précisions peuvent paraître superflues : en effet, si le radiateur avait parfaitement fonctionné, un jour de grande chaleur, je ne me serais pas mis en tête de le réparer – je souligne simplement pour que l’on comprenne bien que ce premier dérapage vers le gouffre épouvantable n’était pas un effet de ma propre volonté, mais de celle, plus vague et pernicieuse, d’éléments extérieurs comme le climat parisien ou l’électroménager moderne : je ne suis pour rien dans le déclenchement de ce cauchemar). Dans le domaine de la réparation électrique, et d’ailleurs de la réparation en général, j’étais tout juste de capable de remettre une prise débranchée dans les trous. Pas de prise à ce radiateur, évidemment. Mais je ne sais pas ce qui m’est passé sous le crâne ce jour-là, je me suis cru l’un de ces magiciens de la vie pour qui tout est facile (il faut dire que jamais encore je n’avais été confronté à de réels obstacles, ni dettes faramineuses, ni chagrins d’amour, ni maladies graves, ni problèmes d’honneur avec la pègre, ni pannes de radiateurs, rien, peut-être un ongle cassé – alors naturellement, j’étais naïf.) »

Publicités

Un commentaire »

  1. Flo said

    Je n’ai jamais été tentée par ce livre. Là, au moins, je sais que ce n’est pas la peine que j’essaie 😉

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :