Le désespoir des singes… et autres bagatelles ~ Françoise Hardy

J’aime lire des (auto)biographies parce que c’est souvent plein d’anecdotes et que ça nous met en contact direct avec la petite -et parfois même la Grande- Histoire.

Pour cette fois, je suis restée sur ma faim, tant rien ne m’a semblé intéressant. Bien entendu c’est un peu fascinant de voir à quoi tient le début d’une carrière et à quel point le hasard joue autant que le talent.. Mais, malheureusement, si Françoise Hardy raconte beaucoup, il me semble qu’elle a oublié l’essentiel.. Ainsi elle a rencontré Bob Dylan et Mick Jagger mais ne se souvient pas de ce qu’ils se sont dit :p! Et c’est comme ça tout au long du livre, très creux. C’est donc une lecture vaine; ce qui n’enlève aucun talent à l’artiste par ailleurs..

Un livre à réserver aux fans exclusivement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :